Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 16:27

Bon bon bon, on commence avec du tout frais, pas encore sorti sur nos grands écrans français (prévue pour le 25 septembre prochain), je vous présente The Purge, rebaptisé en « American Nightmare » en français (au cas où on n’aurait pas compris que Purge = purge …)

Bref, je ne vais pas commencer à râler, pas avant que vous n’ayez vu la bande annonce :

 

 

 

 

 

 

Le pitch est relativement simple mais surtout original, dans un futur proche, en 2022, les Etats Unis ont presque réussi à éradiquer toute violence. Comment ? La nuit du 21 au 22 mars, chaque année, et pendant 12h, a lieu « la purge ». Pendant cette purge, chaque individu a le droit de commettre tous les actes violents dont il a envie, sans être inquiété ; et les services d’urgence et de police sont injoignables durant ces 12 heures. Rassurant, n’est-ce pas ?

 

Au casting, on retrouve Ethan Hawke, qu’on a vu récemment dans Sinister (même maison de production d’ailleurs, dans le rôle (une nouvelle fois) du père de famille protecteur. Il est commercial en système de protection contre la purge et, forcément, sa maison est l’archétype de la forteresse imprenable.


L’atmosphère du film est relativement éprouvante durant toute la première moitié du film. On passe d’une vie parfaite avec les maisons parfaites, les voisins (presque) parfaits, la famille nucléaire parfaite à une obligation d’enfermement avec des moniteurs de caméras pour seul lien avec l’extérieur.

Donc tout va bien, la famille parfaite est protégée des agressions extérieures, jusqu’au moment où le fiston voit un homme demander de l’aide à l’écran et décide de le laisser entrer. Et c’est là que les galères commencent…


Je vous spoile pas tout le film, mais avec cette excellente idée de départ, on se retrouve face à un scénario relativement prévisible, et une réalisation un peu plate. Le film est globalement moyen, mais il y a de bonnes idées et matière à réfléchir, avec quelques pistes lancées ça et là, et encore une fois, ce sont les travers des humains qui sont mis en exergue. Si ça devait arriver, ferions-nous partie de ceux qui tapent, ceux qui se cachent, ceux qui prennent ça pour un jeu sans conséquence ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires