Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 16:59
Désolée pour l'image de la vidéo, mais ça annonce la couleur MDR.
Donc, Grave Encounters, film à pas cher de budget encore, mais qui s'avère relativement efficace... Une nouvelle fois, on nous refait le coup de la vidéo retrouvée après coup. Et encore une fois, on sait que ça va tourner en eau de boudin, mais qu'on va encore se laisser prendre.
Tellement envie de se laisser prendre que grace aux joies de l'internet, j'ai réussi à le voir (en VO...) le jour de sa sortie. C'est dire si je l'attendais.
Je suis passée par tous les états, je ne comprends toujours pas comment je peux rester insensible à un film comme I Spit on your grave et hurler dans tous les sens devant celui-là. Rien que d'y repenser, j'ai encore des sueurs froides. Donc à voir, avec les volets fermés et dans le noir, sinon, c'est pas drôle.
Pour une fois, je vais laisser de coté les paralleles avec BWP, ou REC, vous connaissez dejà mon avis la-dessus, n'y revenons pas et dégustons.
Et pour déguster, on déguste.
Le pitch est simple (mais c'est souvent ce qui est le plus efficace, surtout pour les films d'horreur). Une équipe de chasseurs de fantômes enquête dans un asile désaffecté, connu pour être très hanté. Ils décident d'y passer une nuit.
Le début est assez marrant, on voit bien que l'équipe de chasseurs est une bonne équipe de joyeux rigolards, le medium en carton est juste énorme (la scène avec le jardinier est assez drôle aussi). Pourtant on sait, on attend, on veut que ça se barre en couille.
Bon, comme d'hab, faut attendre une demi-heure avant de voir les premiers phénomènes se produire. Et, à ma grande surprise, les protagonistes ont des vraies réactions. Pas genre "oh j'entends du bruit au premier, je vais aller voir en pyjama ce qu'il se passe". Non non. Ils veulent se barrer. Oui, se barrer. Enfin. Sauf qu'ils peuvent pas. Bah non, sinon le film serait un court métrage. Et franchement, je n'ai retenu qu'une protagoniste, c'est la fille de l'équipe. Qui pète vraiment un câble, de façon tellement réaliste que je me demande encore si elle ne m'a pas fait plus peur que les apparitions en elle-même. En général (j'exagere un peu), les héroïnes des films de "genre" sont du genre décérébrées, ou mortes, mais là, cette nana a un vrai capital sympathie, ce qui fait qu'on se met plutot facilement à sa place. Et j'avais pas DU TOUT envie d'être à sa place...
Passons sur l'histoire de l'asile (Dr Mengele?), c'est du vu et archi-revu. Mais alors les apparitions fantômatiques sont méga flippantes, et le mec qui est enlevé et revient totalement perché donne envie de mordre le coin de son oreiller pour pas crier (quoi? vous faites jamais ça?...)
La fin est dégueulasse, c'est juste horrible, quand on voit tout ce par quoi ils sont passés, on se dit que c'est pas possible, qu'on va pas en plus leur infliger ça. Bah si.
Enfoirés de fantômes.
Partager cet article
Repost0

commentaires