Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 09:38
Souvenez-vous, il y a quelques mois, je vous parlais avec enthousiasme de Grave Encounters, premier du nom. Et bien, j’étais en joie d’apprendre que le 2e était sorti. Ouais au Canada, mais sorti quand même.
C’est un peu la douche froide.
 
La bande annonce nous promettait un truc sympa, et au final, j’ai vu un truc décousu, mais une idée globalement intéressante (après visionnage du film, je peux vous dire que tous les trucs qui font un peu peur sont dans la bande-annonce)
Pour rappel : Dans le 1e, Lance Preston et son équipe vont enquêter dans un asile prétendu hanté du Maryland (après vérification, l’action se passe à Collingwood, Canada et pas Collingwood, Maryland, mea culpa)  et sont (vivement) confrontés à des méchants fantômes un petit peu énervés.
Le 2e épisode s’ouvre sur des vidéos amateur de djeuns qui ont aimé ce film. Et plus particulièrement sur le cas d’Alex Wright qui tient un blog axé sur les films d’horreur (et qui réalise des bouses à ses heures perdues, j’y reviendrai) . Alex reçoit des vidéos d’un fan qui répond au doux pseudo de « Death Awaits » (ceux qui ont vu le 1 : c’est ce qui est écrit sur les portes de l’asile) qui montrent des extraits de vidéo coupées lors du montage du premier film. Alex s’interroge alors : est ce que GE1 est un film monté de toutes pièces ou un documentaire remanié ?
 
J’ai simplifié un peu le pitch, je m’explique. Le film s’ouvre sur une fête d’Halloween entre ados bourrés et plutôt entreprenants. Autant vous le dire tout de suite, la première partie du film ne sert à rien, sinon à vous montrer des ados bourrés qui prennent des photos de leurs c**illes pour les mettre sur FaceBook. Et aussi à nous montrer les talents d’Alex pour reproduire des scènes de film d’horreur. Profitez bien de ces images, ce sont les seules qui sont d’une bonne qualité visuelle. 
Tout ça pour dire que pendant les 30-35 premières minutes, il ne se passe RIEN. Habituel pour les found footage, allez vous me répondre. Oui mais non. En général, dans les FF, la première demi-heure sert de cadre à l’histoire, à vaguement comprendre pourquoi ils sont venus se mettre dans une merde pareille. Sauf que là, ça sert à RIEN. Mais passons.
Après une petite enquête (et un A/R à Los Angeles pour 2 questions…), Alex est certain que le film est « vrai », le producteur lui annonce même que les images ont été tournées en 1993 et que les protagonistes ont effectivement TOUS disparus. Alex embarque donc sa petite équipe  pour aller voir dans ce fameux asile s’il est hanté ou non.
Donc, si vous me suivez, au bout de 40 minutes, ça commence ENFIN.
Et là, bah euh, on prend les mêmes et on recommence. Oui oui. Avec des clins d’œil à d’autres références du genre : les salles mouvantes comme dans Cube, les petites branches de BWP accrochées à un tableau  et le testament vidéo, les caméras volantes de Chronicle, … Donc ça c’est pour la partie sympa.
Sinon, le reste, c’est quasiment pareil : oh un fantôme, vite on court, merde on est coincés, ouf on est sortis, ah non merde on est encore coincés.
Bon, il se passe aussi d’autres trucs, mais au cas où vous voudriez regarder, je vous laisse le soin de découvrir ça par vous-même.
Je vous rassure, il y a quand même un semblant d’histoire, ça se tient (vaguement et beaucoup moins que le premier).
Quant à la fin, elle me laisse perplexe. Un twist ou un pas twist ? Et ce ne sont pas les images post-générique qui nous aideront à y voir plus clair.
Si comme moi vous avez aimé le premier, restez sur votre bonne impression et passez votre chemin.

 

Et pour la petite anecdote: les coordonnées données par DeathAwaits mènent (en vrai) sur un hôpital psychiatrique canadien (surement dans le but de semer le doute, mais BWP nous avait déjà fait le coup)

Partager cet article
Repost0

commentaires